« Le monde selon Alphonse » : créer du contenu qui a du sens a construit notre légitimité

Consultante éditoriale - Paris

Quoi de mieux qu’un bel exemple concret pour parler brand content et stratégie éditoriale. Je suis donc allée discuter avec des entreprises engagées dans la transition écologique et l’économie sociale et solidaire qui développent leur image et transmettent leurs valeurs à travers leur propre média de marque. C’est le cas de la start-up « Les talents d’Alphonse » qui a créé il y a deux ans son média : « Le monde selon Alphonse ». Alexane Bonnier, rédactrice en chef a accepté de répondre à mes questions.

Pouvez-vous nous pitcher en quelques phrases « Les talents d’Alphonse » ?

Nous sommes une jeune start-up dont le but est de recréer du lien intergénérationnel. Nous avons créé une plateforme qui met en relation des seniors qui souhaitent rendre des services, avec des personnes plus jeunes qui ont besoin de faire garder leurs enfants ou désirent apprendre quelque chose. Il y a beaucoup de retraités qui ont envie de transmettre et de partager leur expérience ou leur passion. Nous leur offrons cette possibilité. Pour certains c’est aussi un moyen d’avoir un complément de revenu, non négligeable par les temps qui courent.

Vous avez créé un média « Le monde selon Alphonse », comment avez-vous eu l’idée ?

Lorsque nous avons créé les Talents d’Alphonse, nous avons eu beaucoup de demandes au fil des mois venant de la France entière. Mais au départ nous n’étions développés qu’en Ile-de France et dans les Hauts de France. Et nous ne savions pas quand nous pourrions nous développer ailleurs ni même si nous pourrions le faire. Pour garder un lien avec les personnes qui nous contactaient nous avons décidé de créer « Le monde selon Alphonse ». Il était moins engageant pour eux de s’inscrire à une newsletter que de créer un compte sur notre site. C’était aussi un moyen de nous faire connaître partout. Beaucoup de personnes nous connaissent maintenant grâce au média.

Nous partons de leurs problèmes pour trouver des solutions de notre époque, innovantes comme pourraient le faire leurs enfants ou petits-enfants.

En quoi vous différenciez-vous d’un média senior traditionnel ?

En discutant avec ces jeunes seniors, nous nous sommes rendus compte qu’ils ne se reconnaissaient pas dans la presse senior actuelle. Ils se sentent encore trop jeunes pour passer de magazines féminins tels que Elle et Marie-Claire à Notre Temps ou Pleine vie. Finalement, ces jeunes retraités sont toujours très actifs et ne sont pas la cible de ces médias. Il manquait une brique informative faite pour eux.

Quelle est votre ligne éditoriale ?

Nous nous adressons à des jeunes retraités qui veulent rester dynamiques. Mais ils ont besoin qu’on leur apporte certaines informations qu’ils ne savent pas où trouver.

Nous partons donc de leurs problèmes pour leur trouver des solutions de notre époque, innovantes comme pourraient le faire leurs enfants ou petits-enfants. Le principe est d’écrire un article court concis très pratico pratique qui apporte toujours à la fin une solution technique facilement applicable comme le téléchargement d’une application. Comme nous voulons aussi rester très proche de notre lecteur, nous avons choisi un ton conversationnel sans être trop familier. Un format court, un style dynamique.

Pour comprendre leurs attentes, j’ai pris près de 50 cafés et discuté avec des lecteurs très impliqués.

Vous avez 25 ans, comment arrivez-vous à comprendre les attentes de vos lecteurs ?

C’est vrai que souvent dans un blog ou un média, les rédacteurs écrivent pour une audience qui leur ressemble. Ce n’était pas mon cas. Je devais donc essayer de comprendre leurs attentes sans me mettre à leur place. Pour cela, nous avons envoyé des questionnaires pour mieux connaître nos lecteurs. Nous avons reçu des milliers de réponses qui nous ont beaucoup aidé à mieux les cerner! J’ai aussi pris près de 50 cafés et posé de nombreuses questions à des lecteurs très impliqués. Ca été un long travail mais c’est un vrai gain de temps aujourd’hui.

Enfin, je m’inspire aussi beaucoup de ma relation avec mon papa qui à chaque fois que je viens le voir me pose des tas de questions, en particulier informatiques. Je lui installe des applications qu’il n’aurait pas connues par lui même. Je transpose cette relation dans le média.

Comment travaillez-vous à la rédaction ?

Lorsque le « monde selon Alphonse » a été lancé, j’étais toute seule à la rédaction. Maintenant je travaille avec un comité de rédaction composé de 7 rédacteurs seniors bénévoles et 3 personnes de l’équipe des Talents d’Alphonse. J’ai lancé un appel à contribution l’année dernière et j’ai eu plusieurs centaines de réponses. Nous avons choisi 7 personnes. Nous nous retrouvons tous les mois pour discuter des sujets. Nous avons fait un long travail de préparation avec eux. Ils sont venus au bureau tous les mois pendant 6 mois. Nous leur avons présenté le média, montré les articles afin qu’ils intègrent bien le ton et l’esprit du média. Nous avons créé un document de cadrage dans lequel nous avons raconté l’histoire des Talents d’Alphonse, détaillé nos valeurs et les objectifs du média, posé le ton, pitché les rubriques. Cette longue préparation a été très bénéfique. Leur expérience et leur retour m’apportent aujourd’hui une vraie richesse. Je relis bien sûr tous leurs articles pour faire un travail d’harmonisation. J’essaie de changer le moins possible leur texte et surtout j’en discute toujours avec eux.

Je travaille avec un comité de rédaction composé de 7 rédacteurs seniors bénévoles et 3 personnes de l’équipe des Talents d’Alphonse

Avez-vous mis en place un process de validation ?

Oui, en général, c’est moi qui propose des sujets correspondant à un problème que j’ai détecté et bien sûr la solution qui va avec. J’en parle au comité de rédaction qui la teste. Lorsque que le comité a validé l’idée, j’écris l’article. J’ai aussi mis en place un comité de relecture d’une vingtaine de personnes. Une fois écrit, l’article part en relecture puis il est publié.

Quelles sont les évolutions à venir pour le « monde selon Alphonse » ?

Maintenant que nous avons de très bons retours, nous allons diversifier nos contenus avec plus de rubriques. Nous avons déjà créé une chronique littéraire. Je sélectionne des livres qui parlent des nouvelles générations. L’idée est toujours d’aider nos seniors à mieux comprendre leurs enfants ou petits-enfants. Les livres doivent aussi porter des messages optimistes et positifs. Un des rédacteurs du comité le lit et rédige un article. Nous avons aussi lancé avec eux notre premier podcast : Phénix.

Nous sommes passés de 3500 à 53 000 abonnés en deux ans

Combien avez-vous d’abonnés à votre newsletter ?

Nous sommes passés de 3500 à 53 000 abonnés en deux ans. Le bouche à oreille marche bien et nous avons un bon taux d’ouverture. Mais nous avons surtout beaucoup d’engagement de la part de nos lecteurs. Je reçois 100 à 200 mails par semaine à chaque publication d’article !

Faites-vous de la promotion pour les Talents d’Alphonse dans « Le monde selon Alphonse » ?

Nous ne parlons pas des Talents d’Alphonse dans le média. C’est un vrai choix. Nous ne voulons pas mélanger les deux pour garder notre crédibilité. La seule chose qui relie « le monde selon Alphonse » aux « Talents d’Alphonse », c’est un bandeau en bas des articles. En cliquant dessus, le lecteur arrive sur une page qui raconte l’histoire des Talents d’Alphonse. Mais même cela nous sommes en train de le revoir.

Que vous apporte cette stratégie éditoriale en terme d’image de marque ?

Grâce au « monde selon Alphonse », plus de 50 000 personnes entendent parler de nous chaque semaine sur un sujet qui les intéresse. Les articles sont beaucoup partagés. Un grand nombre de personnes nous ont connus grâce au média. En rédigeant du contenu qui a du sens, nous avons réussi à nous construire un rôle légitime et crédible auprès des seniors.

 

Cet article vous a plu, ne ratez plus aucun article et inscrivez-vous à la newsletter !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *